Connaître, apprécier et trouver les produits du Gers, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées.
PaysAdour - Les pollutions d’origine agricole
Vigicrues!
Vigicrues
Institution Adour
Les balades pyrénéennes de Gérard Jouvin
Comités départementaux du tourisme

Gers   Landes

Pyrénées-atlantiques   Hautes-Pyrénées

Comités régionaux de tourisme
Comité Régional de Tourisme d'Aquitaine
Comité Régional du Tourisme Midi-Pyrénées
Observatoire de l'eau des Pays de l'Adour
Observatoire de l'eau des Pays de l'Adour
Agence de l'eau Adour-Garonne
Adour-Garonne
Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques
ONEMA
 » Usage de l'eau  » agricole  » domestique  » halieutique  » industriel  » nautique  » Pollution
En outre, n'ai-je rien dit que d'autres hommes, plus autorisés que moi, n'aient dit avant moi, et de façon plus complète, plus forte et plus éloquente. Sigmund Freud
L’agriculture représente souvent la principale source de la pollution de l’eau, devant l’industrie ou les rejets urbains avec en particulier les déchets animaux. Culture ou élevage sont sources de pollution des eaux lorsque la capacité de prélèvement des végétaux et l'épuration naturelle des sols sont insuffisantes.
Différents phénomènes sont en cause :
  • Le lessivage et l'érosion, dans les parcelles cultivées, des fertilisants épandus (effluents d'élevage et engrais de synthèse) et des produits phytosanitaires destinés à lutter contre les insectes, maladies et plantes adventices,
  • non étanchéité des bâtiments d'élevage (fosse à purin, à lisier, effluents issus du lavage des installations...)

Brebis

Les polluants agricoles

  • Le phosphore
    Issu des effluents d'élevage et des engrais de synthèse, il se fixe sur le sol puis est entraîné vers les cours d'eau par ruissellement. Les nappes souterraines ne sont pas atteintes par cette pollution.
  • L'azote
    Naturellement présent dans le sol mais insuffisant pour les besoins des cultures il est complété par des fertilisants organiques (effluents d'élevage) ou minéraux (engrais de synthèse).
    Les apports exédentaires, en raison des besoins momentannés des plantes ou de la libération décalée de l'azote par le sol, sont très facilement lessivés et du fait de la forte solubilité des nitrates, cet azote infiltre les eaux souterraines ou superficielles dans les régions de culture de céréales ou d'élevages intensifs.
  • Rejets de l'élevage
    Ils sont dus pour les deux tiers aux bovins répartis sur les quatres départements. Les rejets ovins (zone de montagne, en Soule) et les rejets de volailles (coteaux landais et gersois en particulier) représentent le reste, les rejets de porcins (Surtout Pyrénées-Atlantiques) restent minoritaires (Inférieurs à 10%).
  • Monoculture non favorable
    La présence de la monoculture de maïs sur le bassin Adour-Garonne ne favorise pas l’implantation de culture intermédiaire piège à nitrates (CIPAN) constituée de plantes à croissance rapide destinées à protéger les parcelles. Voir la Directive Nitrates.
Remarque: La dégradation ou l’amélioration des concentrations en nitrates dans le milieu doit être relativisée en fonction des conditions hydrologiques des années considérées.

Qualité de l’eau potable

Les communes sont responsables du traitement et de la distribution d’eau potable distribuée dans le bassin de l’Adour, elle est généralement de bonne qualité. Les normes françaises actuelles de potabilité sont conformes à la directive européenne et sont pour certaines contaminations plus sévères que les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé.
  • Qualité bactériologique :
    La norme est l’absence totale de germes parasites ou pathogènes qui peuvent provoquer des maladies. La plupart des réseaux importants ne présentent pas de problèmes de qualité bactériologique, par contre des petits réseaux de montagne ont des difficultés à maintenir cette norme.
  • Contaminations par les pesticides :
    Les pesticides ou produits phytosanitaires (protection des végétaux contre les organismes nuisibles, les espèces végétales ou animales indésirables...) se retrouvent dans les eaux par lessivage des pluies. La norme française actuelle, conforme à la norme européenne, est beaucoup plus sévère que les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé.
  • Assainissement domestique :
    La commune est responsable de l’assainissement et met en œuvre un schéma directeur d’assainissement définissant le type d’assainissement à développer avec la mise en place d’un Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC) pour assurer le contrôle du bon fonctionnement des installations privées et la définition des zones d’agglomération par le Préfet, correspondant à un assainissement intercommunal.
  • Assainissement collectif :
    La France compte environ 5 millions de logements disposant d'un système d'assainissement non collectif dont 80 % seraient défectueux ou mal entretenus, et près de 600 000 logements rejettent leurs eaux usées directement dans la nature.
    Le diagnostic "assainissement" défini par la loi sur l'eau et le Grenelle II porte sur le contrôle des installations d'assainissement non collectif. À cela s'ajoute le diagnostic séparatif de réseaux (eaux usées/eaux pluviales) souvent impôsé par les mairies. Ces contrôles suivis de travaux obligatoires amélioreront progressivement la situation de l'assainissement.
L'eau du robinet (de captage ou de forage) est 350 fois moins chère que l'eau minérale et bonne à boire!
Association pour le Don d'Organe et de Tissus humains
Encyclopédie, associations et logiciels libres
Intervalle
Accueil de PaysAdour | Contacter PaysAdour | Mentions légales et CGU
Erreur, omission, suppression, modification, proposition..., prenez contact!
Intervalle