Connaître, apprécier et trouver les produits du Gers, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées.
PaysAdour - Usage agricole de l'eau
Vigicrues!
Vigicrues
Institution Adour
Les balades pyrénéennes de Gérard Jouvin
Comités départementaux du tourisme

Gers   Landes

Pyrénées-atlantiques   Hautes-Pyrénées

Comités régionaux de tourisme
Comité Régional de Tourisme d'Aquitaine
Comité Régional du Tourisme Midi-Pyrénées
Observatoire de l'eau des Pays de l'Adour
Observatoire de l'eau des Pays de l'Adour
Agence de l'eau Adour-Garonne
Adour-Garonne
Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques
ONEMA
 » Usage de l'eau  » agricole  » domestique  » halieutique  » industriel  » nautique  » Pollution
En outre, n'ai-je rien dit que d'autres hommes, plus autorisés que moi, n'aient dit avant moi, et de façon plus complète, plus forte et plus éloquente. Sigmund Freud

Le bassin de l’Adour ouvert sur l’océan et adossé aux Pyrénées, subit de grosses perturbations océaniques en toute saison. La chaîne pyrénéenne modére les crues hivernales mais accélére en été le régime torrentiel de ses cours d’eau en particulier dans les coteaux du Pays basque et du Béarn. Si l'’eau d’inondation en se décantant dépose sur le sol des engrais naturels bien appréciés dans certaines zones, la crue de printemps peut détruire environ 1.000 hectares ensemencé.

L'irrigation du bassin

  • Besoins importants
    L’irrigation dans le Bassin de l’Adour est essentielle pour l’agriculture, activité dont les besoins en eau sont les plus importants. L’irrigation représente 55 % des prélèvements en eau du Bassin de l’Adour et 90% des consommations estivales. Les superficies irriguées autorisées sont estimées à plus de 170 000 hectares desservies par plus de 16 800 points prélevant l’eau dans les rivières, les nappes souterraines ou les ouvrages de stockages.
    Les autorisations de prélèvements d’eau à usage agricole sont des autorisations saisonnières. Les seuils d’autorisation diffèrent selon que l’on se situe en zone de répartition des eaux ou hors zone. Les zones de répartition des eaux se caractérisent par de fréquents déséquilibres entre la demande et la ressource en eau. Plus de la moitié du bassin de l’Adour est classée en « zone de répartition des eaux ».
  • Développement de l’irrigation
    Le développement de l’irrigation s'est considérablement développé depuis 1980 comme en témoigne les nombreux travaux que nous avons pu voir dans le bassin.
    • Avant 1980: L’irrigation progresse dans les secteurs d’accès facile à la ressource, à partir des nappes souterraines dans le nord des Landes, de l'Adour et ses canaux de dérivation dans la Haute Vallée de l’Adour au profit de la maïsiculture ou des zones d’irrigation traditionnelle.
    • À partir de 1980: d’un point de vue écologique, elles se caractérisent par une grande richesse biologique, tant floristique que faunistique et une production primaire importante ;
    • 1986 à 1990: Les sécheresses nécessitent la création des ouvrages de soutien d’étiage. (Action d'augmenter le débit d'un cours d'eau en période de plus bas débit).
    • Depuis 1993: Une meilleure maîtrise de l’eau et un renforcement de l’irrigation des coteaux, la mise en service de réservoirs de soutien et la restructuration de la distribution, ainsi que l’irrigation par aspersion remplaçant l’irrigation traditionnelle par submersion réduit la pression sur la ressource en eau.
    • la conservation des saligues passe par le maintien de zones de divagation de la rivière.
  • Une gestion collective par sous‐bassin
    Tous les prélèvements destinés à l’irrigation sont concernés quel que soit le type de milieu : rivières, stockages, nappes. 14 unités de gestion sont délimitées sur le bassin de l’Adour, couvrant la zone de répartition des eaux. Un volume « prélevable » sera défini par unité de gestion et réparti entre les différents irrigants. Ce volume fera l’objet d’une demande d’autorisation pluriannuelle qui sera délivrée par les services de l’Etat.
Exemple de retenue collinaire destinée au soutien d'étiage : Le GABAS
Lac de Gabas

Principaux secteurs d’irrigation

La répartition par types de milieu, a été estimée en tenant compte des définitions suivantes :
  • Rivières réalimentées :
    Rivières soutenues par des ouvrages de stockages, qu’il s’agisse d’ouvrages sous maîtrise d’ouvrage Institution Adour (réservoirs de soutien d’étiage) ou de certains réservoirs collectifs d’irrigation. L'Adour n'est considérée comme réalimentée que dans sa partie landaise entre Aire‐sur‐Adour et Audon.
  • Nappes alluviales:
    Elles concernent les nappes alluviales des cours d'eau : Adour, Gaves, Luys.
  • Autres nappes :
    Nappes alluviales des terrasses anciennes et récentes, nappe des sables, nappes profondes et semi‐profondes.
  • Réservoirs :
    Prélèvements directs dans un réservoir de soutien d’étiage, un réservoir collectif d’irrigation, un réservoir individuel d’irrigation.
  • Vallée de l’Adour :
    Irrigation ancienne à partir de ressources superficielles, le fleuve ou sa nappe alluviale.
  • Haute plaine de l’Adour :
    En amont de la confluence avec l’Arros, les dérivations de l’Adour et de l’Echez desservent la vallée, la multiplication de puits sur la nappe alluviale, ont favorisé très tôt la pratique de l’irrigation.
  • Vallée moyenne de l’Adour :
    L'irrigation est alimentée principalement par les rivières et localement par des nappes souterraines sous-jacentes, la nappe alluviale étant moins productive.
  • Aval de l'Adour :
    L’irrigation sollicite surtout les nappes souterraines affleurantes.
  • Les sables landais :
    La spécificités absorptive des sables nécessite un taux d’irrigation important mais la ressource en nappes est abondante.
  • Haute Lande :
    L'importance des eaux souterraines a permis très tôt le développement de l’irrigation individuelle pour la maïsiculture.
  • Le Marsan :
    Avec peu de ressources souterraines, l’agriculture a augmenté ses capacités d’eau stockées l’hiver...

Particularités

  • Landes
    Près de la moitié de l’irrigation du Bassin de l’Adour est localisée dans le département des Landes avec plus de 80 000 hectares de surfaces irriguées autorisées et un volume de prélèvement de plus de de 160 millions de m3. L’irrigation est présente sur l’ensemble du département. Les eaux souterraines, abondantes et diversifiées dans ce département, sont fortement utilisées pour l’irrigation (46%), en particulier dans la partie nord du bassin. La nappe alluviale de l’Adour y est, comparativement aux départements du Gers et des Hautes‐Pyrénées, faiblement utilisée (seulement 3% des prélèvements en eaux souterraines).
    Les rivières pour leur part desservent 35% des irrigations, localisées pour l’essentiel sur l’axe Adour (25% des prélèvements en rivières), les affluents rive gauche de l’Adour Bahus, Gabas, Luys, Louts (20% des prélèvements en rivières) et la Midouze, Midou et Douze (13% des prélèvements en rivières). Les cours d’eau utilisés sont pour moitié réalimentés par des ouvrages de stockages (51%).
  • Béarn, Pays Basque
    La réalisation de stockages a fortement contribué au développement de l’irrigation sur les coteaux béarnais et basques. On estime que 32% des irrigations du département sont alimentées par des retenues individuelles ou collectives. Si l’on ajoute à ce chiffre, l’irrigation à partir des rivières réalimentées c’est 66% de l’irrigation du département qui dépend de la mobilisation de ressource. L’irrigation collective occupe une place importante. Elle concerne 64% des surfaces irriguées du département et est développée sur la zone de coteaux desservie par des ouvrages de stockages collectifs.
  • Gers, Hautes‐Pyrénées
    Ces deux départements possèdent une superficie irriguée équivalente d'un peu plus de 26 000 ha chacun soit un volume de prélèvement de plus de 100 millions de m3 à eux deux.
    La ressource en eau utilisée varie entre ces deux départements : prépondérance de ressources récentes venant des stockages dans le Gers (35% des irrigations à partir de réservoirs et 38% à partir de rivières réalimentées) ; utilisation traditionnelle de la nappe alluviale de l’Adour (42% des irrigations) et de ses canaux de dérivation dans les Hautes-Pyrénées.
L'irrigation assure la sécurité alimentaire à moyen terme.
Association pour le Don d'Organe et de Tissus humains
Encyclopédie, associations et logiciels libres
Intervalle
Accueil de PaysAdour | Contacter PaysAdour | Mentions légales et CGU
Erreur, omission, suppression, modification, proposition..., prenez contact!
Intervalle